ABSTENTIONNISME


ABSTENTIONNISME
ABSTENTIONNISME

L’abstention est le fait, pour un citoyen disposant du droit de vote, de ne pas prendre part à une consultation électorale. Cette définition générale doit être précisée dans chaque État suivant la réglementation du droit de suffrage. En France, par exemple, on réserve le nom d’abstentionnistes aux électeurs inscrits sur la liste électorale et qui ne participent pas au scrutin. Cette définition stricte exclut les citoyens qui, en dépit de l’obligation légale, ont négligé de se faire inscrire sur les listes électorales et constituent une population assez nombreuse (2 988 000, soit 7,7 p. 100 de l’électorat potentiel en 1981), aux traits sans doute peu différents de ceux des abstentionnistes.

Aux États-Unis, en revanche, ces «non-inscrits» sont généralement comptés avec les abstentionnistes en raison de la variété de la réglementation de l’enregistrement des citoyens sur les listes électorales. Le volume des abstentions est alors calculé en déduisant le nombre des votants du nombre des citoyens en âge de voter.

La différence de contenu est encore plus marquée dans les pays comme la Belgique ou l’Australie, où, le vote étant obligatoire, l’abstentionnisme proprement dit concerne essentiellement les électeurs que des raisons de force majeure ont empêchés de voter. Certains électeurs, qui se seraient sans doute abstenus dans un régime de liberté, se réfugient alors dans le vote blanc ou nul (différence entre le nombre des votants et celui des suffrages exprimés) que l’on assimile parfois à une sorte d’abstention politique. Discutable pour les pays de vote obligatoire, où le vote nul peut revêtir d’autres significations, cette assimilation est inacceptable pour les autres pays où le vote nul, dans son mouvement comme dans ses motivations, est un phénomène autonome par rapport à l’abstentionnisme.

Dimensions de l’abstentionnisme

L’abstentionnisme est loin d’être un phénomène constant. D’un pays à l’autre, d’une élection à l’autre, le nombre des électeurs qui ne votent pas varie dans de grandes proportions. En outre, les statistiques globales masquent souvent un renouvellement interne considérable de la population abstentionniste.

Abstentionnisme et régimes politiques

La participation électorale varie naturellement suivant le régime politique. Les pays socialistes et les pays en développement qui recourent au parti unique connaissent d’ordinaire de très faibles pourcentages d’abstentions (0,01 p. 100 en U.R.S.S. en 1979). Dans les démocraties libérales, les plus faibles taux se rencontrent dans les pays qui ont institué le vote obligatoire, directement, comme la Belgique (7,6 p. 100 en 1987) ou, d’une façon déguisée, comme l’Italie (11,1 p. 100 en 1987). Ailleurs, l’abstentionnisme est un peu plus élevé (22,1 p. 100 en Allemagne fédérale en 1990, 18,6 p. 100 à l’élection présidentielle française de 1988, 24,5 p. 100 en Grande-Bretagne en 1987). Aux États-Unis, le taux, calculé sur l’électorat potentiel, est encore plus élevé (50,1 p. 100 à l’élection présidentielle de 1988).

Évolution

Sur une longue période, l’évolution de l’abstentionnisme se laisse difficilement emprisonner dans des lois générales. Chaque pays en connaît un mode particulier suivant les péripéties de son histoire politique et sociale. Aux États-Unis, l’abstentionnisme, très faible durant la seconde moitié du XIXe siècle, s’est accru régulièrement de 1900 à 1928 puis a décru depuis, à l’exception des années de guerre et de l’immédiat après-guerre, pour se stabiliser à un niveau moyen depuis 1952 et croître à nouveau depuis 1960. En France, la participation paraît plutôt obéir à un mouvement cyclique. Après une période de forte mobilisation jusqu’au début des années quatre-vingt, l’abstentionnisme croît sensiblement à la fin de la décennie.

Renouvellement

Des enquêtes effectuées en France sur les itinéraires individuels des électeurs à travers plusieurs consultations ont mis en lumière l’extraordinaire renouvellement des abstentionnistes. Sur une période de quelques années, moins de la moitié des électeurs inscrits participent régulièrement aux scrutins et moins de 10 p. 100 s’abstiennent constamment. Les autres constituent une population mobile où se recrute à chaque élection le gros des abstentions. Cette population est-elle aussi changeante quant à ses opinions? On se gardera de l’affirmer. Mais l’observateur qui, sur la foi des résultats globaux de deux consultations – ou des deux tours d’une élection –, conclut à la stabilité d’une tendance ou à la conversion d’une partie de l’électorat à une idéologie nouvelle, devra toujours penser que les résultats qu’il compare ne concernent pas exactement les mêmes votants. Stabilité, progression ou recul s’accompagnent toujours de phénomènes de mobilisation ou de démobilisation dont il faut démêler la signification.

Signification politique de l’abstentionnisme

Influence des conditions politiques de la consultation

Le taux des abstentions varie suivant les conditions du choix proposé à l’électorat. De nombreuses études comparatives ont permis d’établir que certaines conditions favorisent presque toujours l’abstention. Aussi peut-on dresser un tableau des facteurs favorables à l’abstention:
a ) Éventail des options:

– pas de candidat d’une grande tendance,

– candidat peu connu,

– une des grandes tendances divisée.
b ) Acuité de la compétition:

– élection sûre,

– campagne électorale atone.
c ) Portée de la consultation:

– élection partielle,

– élection locale,

– élection à une fonction consultative.

Lorsque tout ou partie du système politique est fortement contesté, voire rejeté, par une partie de la population – pour des raisons ethniques, sociales, morales ou culturelles –, un abstentionnisme de retrait se développe et affaiblit le caractère démocratique de la représentation.

L’indifférence politique des abstentionnistes et ses limites

Un facteur général d’explication, qui rendrait compte de la plupart des différences notées dans le tableau ci-dessus, pourrait être trouvé dans l’indifférence à l’égard de la politique, et dans son corollaire: le faible niveau de l’information.

Mais le peu d’intérêt pour la politique dont témoignent effectivement les abstentionnistes ne permet guère de les isoler des autres électeurs. Quel que soit le pays considéré, il se trouve toujours dans les sondages une majorité pour affirmer son indifférence totale ou relative à l’égard de la politique. Bien que, proportionnellement, les indifférents soient plus nombreux parmi les abstentionnistes, les électeurs qui ne s’intéressent pas à la politique sont même, en nombres absolus, beaucoup plus nombreux à voter qu’à s’abstenir. C’est dire que le vote revêt une signification non politique pour le gros de l’électorat. D’après certaines enquêtes, il semblerait constituer une relation d’appartenance à la communauté plutôt qu’un acte de participation au jeu politique.

Signification sociologique de l’abstentionnisme

L’analyse sociologique confirme cette hypothèse. Elle suggère, en effet, de chercher la clé de l’abstentionnisme et de la participation dans le degré d’intégration à la collectivité.

L’intégration à la société globale

Une analyse différentielle de la participation dans les diverses catégories sociales montre que celles dont le destin dépend des choix effectués par d’autres catégories, et qui sont ainsi placées dans une situation de subordination, s’abstiennent assez largement. Les jeunes gens et les vieillards, les pauvres, les moins éduqués, les personnes appartenant à des minorités ethniques ou religieuses s’abstiennent davantage que ceux qui, peu ou prou, contrôlent collectivement leurs destinées: adultes, patrons..., tous ceux qui, sans participer toujours directement à l’orientation de la société, bénéficient au moins de la structure générale de la contrainte sociale. D’un point de vue géographique, le même facteur explique l’abstentionnisme élevé des communautés que l’altitude, l’éloignement des métropoles ou la dispersion de l’habitat tiennent à l’écart des grands courants du monde extérieur.

L’intégration à un groupe intermédiaire

Les électeurs s’abstiennent d’autant plus qu’ils sont moins intégrés à leur cadre de vie: les migrants ne participent pas dès leur installation à la vie politique de leur nouvelle communauté: les isolés, qu’une caractéristique sociale quelconque différencie de l’environnement, s’abstiennent généralement de voter. Inversement, l’abstentionnisme recule quand s’affirme la participation sociale. L’appartenance à une Église, à un syndicat, à une association culturelle s’accompagne la plupart du temps d’une participation électorale élevée.

Au total, l’abstentionnisme semble moins résulter d’une attitude personnelle à l’égard de la politique que d’une norme culturelle associée à certains rôles sociaux, et la participation électorale peut être considérée, pour l’essentiel, comme une dimension secondaire de la participation sociale.

abstentionnisme [ apstɑ̃sjɔnism ] n. m.
• 1870; de abstention
Attitude des personnes qui refusent de voter, ou ne votent pas. Lutte de l'État contre l'abstentionnisme.

abstentionnisme nom masculin Attitude de ceux qui, délibérément ou non, s'abstiennent de voter. (→ élection.)

abstentionnisme
n. m. Attitude de ceux qui ne prennent pas part à un scrutin, ou refusent d'y participer.

⇒ABSTENTIONNISME, subst. masc.
POL. Phénomène consistant en ce que, volontairement ou de fait, un certain nombre de citoyens ne font pas usage de leur droit de vote.
Rare. Doctrine qui prône une attitude d'abstention.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. Enq. ://. 2. Forme graph. :CAP. 1936 et QUILLET 1934 proposent à côté de abstentionnisme la graph. avec un seul n (cf. aussi QUILLET pour abstention(n)iste).
Étymol. — Dér. de abstention II 2, terme pol.; suff. -isme.
HIST. — 1re dat., selon DAUZAT 1964, 1870 chez MOLINARI; dans l'état actuel de la docum., 1936 ds CAP. 1936. Le mot n'a subi aucune évolution dep. sa récente entrée dans la lang.
BBG. — AQUIST. 1966.

abstentionnisme [apstɑ̃sjɔnism] n. m.
ÉTYM. 1870; de abstention.
Cour. Attitude politique de qqn qui ne vote pas ( Abstentionniste). || Propagande de l'État, des comités d'action civique, contre l'abstentionnisme.
0 Donc, en pleine fièvre électorale, alors que les forces vives de la nation devaient se dresser contre les lames de fond de l'abstentionnisme obscurant (sic), l'ordre était lancé en haut lieu (…) d'envoyer le corps électoral à la pêche.
Jacques Perret, Bâtons dans les roues, p. 75.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abstentionnisme — Abstention Voir « abstention » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Abstentionnisme électoral —    Droit constitutionnel: phénomène de non participation à une élection ou à un référendum qui se définit par la différence entre le nombre des électeurs inscrits sur les listes électorales et le total des votants (suffrages exprimés + bulletins… …   Lexique de Termes Juridiques

  • Abstention — Pour les articles homonymes, voir Abstention (homonymie). Sur les autres projets Wikimedia : « Abstention », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) En politique, l abstention est le refus de participer à un vote (lors d une… …   Wikipédia en Français

  • Participation électorale — Abstention Voir « abstention » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Taux d'abstention — Abstention Voir « abstention » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Conflit nord-irlandais — Carte politique des îles britanniques Informations générales Date 1968 …   Wikipédia en Français

  • abstenţionism — abstenţionísm s. n. abţinere demonstrativă de la exercitarea dreptului de vot. (< fr. abstentionnisme) Trimis de tavi, 08.01.2003. Sursa: MDN  ABSTENŢIONÍSM s.n. Abţinere demonstrativă de la exercitarea dreptului de vot; doctrină care susţine …   Dicționar Român

  • abstention — [ apstɑ̃sjɔ̃ ] n. f. • v. 1840; astension « abstinence » 1160; lat. abstentio « action de retenir » ♦ Action de s abstenir de faire qqch. L abstention de qqn dans une affaire, en matière de... « L abstention de l État en tout ce qui n est pas… …   Encyclopédie Universelle

  • Abstention en France — Voici une liste du taux d abstentionnisme en France (des inscrits) durant les dernières élections européennes, nationales et locales en France : Sommaire 1 Élections européennes 2 Élections présidentielles 3 …   Wikipédia en Français

  • Armée républicaine irlandaise provisoire — Pour les articles homonymes, voir Pira, Armée républicaine irlandaise et Óglaigh na hÉireann. (en)Provisional Irish Republican Army Armée républicaine irlandaise provisoire Idéologie …   Wikipédia en Français